LA CHAUSSURE ET LA SANTÉ DU PIED

LE PIED ET NOTRE CORPS   LES RÈGLES DU CHAUSSANT   LA CHAUSSURE MAL ADAPTÉE   POINTURE ET LARGEUR OPTIMALES   HAUTEUR DU TALON

***
Pour classer la chaussure sur mesure il faut l'imaginer comme étant
en quelque sorte la "Rolls Royce Personnalisée" de l'article chaussant.
Mais aborder ce type de produit sous-entend abandonner tout a priori ou parti pris
sur les produits de série de très bonne qualité et notamment le "Culte" voué aux marques.
Vous accédez ici à un domaine complètement différent.
Le sur-mesure est en effet le sommet du haut de gamme,
d'abord en ce qui concerne le confort et la santé, ensuite la solidité et l'esthétique.
Tous les spécialistes sont unanimes: L'idéal?
Se chausser sur mesure le plus tôt possible.
Vous pouvez en effet vous abîmer le pied à long terme avec une chaussure
de marque payée très chère, et ceci sans forcément vous en apercevoir.
Une marque peut être une garantie pour un sac à main ou une voiture...
mais surtout pas pour une chaussure!
Avec un sur-mesure bien fait vous garderez le pied intact toute votre vie.
Cette garantie là est absolue!
Chaque pied est caractéristique d'un individu et rien n'est plus malléable qu'un pied.
La meilleure preuve?
Depuis que les cordonniers ne fabriquent plus les chaussures qu'ils adaptaient
à chacun de leurs clients, il a fallu un bon demi-siècle pour constater les dégâts
causés par les produits industriels de série à pointure et largeur standards.
Les résultats?
Explosion des prescriptions de semelles orthopédiques
qui font aujourd'hui l'objet d'un lucre florissant.

***

LE PIED ET NOTRE CORPS

Chaque pied reçoit:
- 50 à 100% de notre poids total.
- Les efforts et la mobilité de notre corps en moyenne 12 heures par jour.

Chaque pied transmet:
- Les informations de liaison avec le sol vers la colonne vertébrale via le système nerveux.
- Le reflux sanguin vers le coeur via les jambes et les artères.
- Une multitude de liaisons sensitives vers tous les organes de notre corps.

L'impact de la chaussure sur la santé est encore largement sous-estimé.
Il est nécessaire et indispensable d'assurer un confort et une stabilité correctes du pied afin de ménager l'équilibre nerveux, sanguin et osseux du corps dans son ensemble.

LES RÈGLES DU CHAUSSANT

Quelle est votre pointure?
.....30.....35, 35 1/2.......40...41 1/2.......48 1/2.......
(de 3,33 mm en 3,33 mm de longueur )

Quelle est votre largeur?
.....3, 4, 5, 6.........10, 11...........15
(de 5 mm en 5 mm de périmètre par demi pointure)

Quelles sont vos particularités?
Orteils ou cou-de-pied disproportionnés,
sensibilités diverses etc...

Note:
La production des chaussures de série ne peut se permettre de commercialiser un modèle de demi pointure en demi pointure, et en dix ou voire quinze largeurs différentes par pointure. Il en résulterait un coût exorbitant de fabrication et de stockage répercuté systématiquement sur le négociant et le consommateur.
La chaussure "grand public" ne s'offre donc que de pointure en pointure, et en largeur unique.
Mais cette norme ne concerne en réalité qu'un quart de la population.

La chaussure sur mesure, qui est de fabrication artisanale,
offre la convenance de toute demande personnalisée.

Haut de page

LA CHAUSSURE MAL ADAPTÉE

Certaines personnes au pieds particulièrement
> larges ou minces

sont amenées à prendre des chaussures respectivement:
> trop longues ou trop courtes (afin de respecter leur largeur)
> trop larges ou trop étroites (afin de respecter leur pointure)

Ci-dessus: La position et le comportement du pied dans la chaussure non adaptée.

Quels sont les dangers ?:

TROP LONGUE OU TROP LARGE :

- Mobilité et étalement excessifs du pied à l'intérieur de la chaussure.
- Mauvais appui des articulations par rapport à la voûte, risque d'affaissement plantaire et de tendinite.
- Développement de callosités, durillons, etc.
- Isolation thermique insuffisante.
- Usure anticipée des doublures intérieures de la chaussure, et aussi des chaussettes ou collants.
- Pliures et cassures excessives du cuir de l'empeigne.
- Percussion anormale de la semelle en mouvement.

TROP COURTE OU TROP ETROITE :

- Trop grande compression du pied, possibilité d'irritation et déformation des orteils à long terme,
développement de l'hallux valgus.
- Mauvais appui des articulations, déstabilisation des chevilles, des genoux et des jambes.
- Circulation sanguine réduite et mauvaise évacuation de la transpiration.
- Isolation thermique insuffisante (sensation de froid).
- Déformation des contreforts et des bouts de la chaussure.
- Distension du cuir, des points d'assemblage et risque de coupures.
- Usure anticipée des semelles.

Haut de page

POINTURE ET LARGEUR OPTIMALES

La longueur intérieure d'une chaussure à bout rond doit être égale à 24/25 de la longueur du pied.
Plus le bout est effilé, plus la chaussure sera longue afin d'en garder le confort.

Ni le pied ni la chaussure ne doivent souffrir du chaussant. L'expression "se donner" ou "se prêter"
n'existe plus avec la chaussure sur mesures. Une tolérance infime du prêtant reste à harmoniser.
De même les matériaux neufs, en fonction de leurs textures doivent s'assouplir à la marche et à l'entretien.

Dès lors la chaussure devient durable:
- Pas de distension des composants.
- Parfaite stabilité au sol.
- Répartition des appuis et usure minimale.

Le pied adopte un mouvement normal, sans contrainte,
et sera ainsi préservé des risques de déformations survenant avec l'âge.

LA HAUTEUR DU TALON

Comportement naturel du pied sur un sol meuble

Afin de garder des limites de cambrure raisonnables, la dénivellation entre l'appui avant du pied et le talon ne doit pas excéder en moyenne:

1 à 1,5 cm pour les hommes.
2 à 3,5 cm pour les dames.

Dans les deux cas, garder un minimum de 1 cm pour ne pas surcharger les efforts que subissent la voûte plantaire et le tendon d'Achille.

Note:
Un talon trop haut engendre une cambrure excessive de la colonne vertébrale qui risque de devenir quasi-permanente après un certain nombre d'années.
Lorsque les muscles et la voûte plantaire s'affaiblissent avec l'âge, les pieds glissent et s'écrasent au fond des chaussures en comprimant les orteils qui contractent alors (arthrose aidant) des déformations osseuses considérables (oignons, superposition des doigts etc...).
De nombreux problèmes sont rencontrés dans ce cas pour revenir à un talon plus bas car la colonne vertébrale qui perd aussi sa souplesse, ne reprend sa position qu'avec d'énormes difficultés.
Si certaines personnes supportent mieux les talons hauts pour des raisons physiologiques diverses - et jusqu'à un âge avancé - il vaut mieux éviter cette position délicate.

Avec des degrés d'incidence divers,
75% des individus ont à souffrir du
port des chaussures de série.
Mais il ne suffit pas d'avoir mal aux pieds
pour "penser" que l'on est mal chaussé.
N'attendez pas qu'il soit trop tard!
et n'acceptez plus la chaussure qui se donne,
car c'est votre pied qui finit par se donner!

QUELQUES CONSEILS

Il est bon de savoir qu'enfermer le pied dans une bottine de maintien rigide dès le plus jeune âge est une erreur.
Des études ont montré que des enfants de banlieues et bidonvilles (sélectionnés dans de grandes cités brésiliennes) marchant pieds nus sur tous types de sols avaient les pieds parfois mieux formés et plus musclés que des enfants chaussés dans la pleine conformité des sociétés prétendues avancées.
Si aucune pathologie n'est révélée, il faut laisser le pied libre de tout mouvement au service de sa propre évolution.
Habiller un pied doit donc répondre à des lois les plus naturelles qui soient.
Tout d'abord, une chaussure sera d'autant meilleure qu'elle sera simple d'aspect et de constitution.
Il existe sur le marché des bottines ou baskets qualifiées pour la randonnée ou le sport et dont les dessus présentent un amalgame de morceaux de cuir, similicuir, toiles etc... assemblés par un réseau impressionnant de coutures et éléments de fixation divers avec pour prétention d'être le fruit d'un calcul judicieux en faveur du comportement et la performance du pied.
Ces théories sont souvent des plus douteuses. Les chaussures ornementées de pièces multiples sont d'abord une aubaine pour tout fabricant désirant utiliser les chutes de matériaux pour éviter les pertes. En faire une mode ou un prétexte scientifique est un fabuleux stratagème...
Pour un confort maximum et une évolution convenable du pied, une chaussure doit s'assimiler à une "chaussette" de maintien la plus sobre possible.
En ce qui concerne la solidité, plus les dessus de chaussures seront découpés en parties multiples, plus les risques d'accrochages et de détériorations seront probables.
Les bourrelets de mousse au niveau de la malléole sont à proscrire car ils rendent les chevilles paresseuses. Toute ceinture de ce type n'est nécessaire qu'en cas de faiblesse articulatoire pathologique. Leur présence fréquente arrange surtout les industriels pour faire tenir au pied un plus grand nombre de chaussures. Celles-ci étant bien entendu non forcément adaptées.
Une voûte plantaire n'est valable que si la chaussure a été faite à la mesure du pied qui l'occupe. Si ce n'est pas le cas, enlevez-la absolument car sa présence peut être extrêmement dangereuse. Bannissez également les semelles de bois au relief préformé.
Ne vous fiez pas aux chaussures dans lesquelles vous pensez vous sentir à l'aise. Tel un plat succulent avec lequel vous vous régalez, ces chaussures peuvent vous détruire le pied comme un cholestérol ou un diabète vous empoisonnera l'organisme à long terme.
Enfin prenez la mode avec des pincettes. Il n'y a jamais eu de mode intelligente, sauf pour ceux qui tirent les ficelles du profit financier... Et il est rare qu'elle fasse bon ménage avec le respect du pied. Mesdames, si vous succombez infailliblement au charme des chaussures à talons hauts, on ne peut vous reprocher d'y trouver là un point d'élégance. Évitez cependant de les porter de façon prolongée, et reservez-les plutôt pour des circonstances cérémoniales temporaires et limitées.
L'introduction de semelles orthopédiques doit être effectuée avec grande réserve.
Le qualificatif "orthopédique" entend d'abord apporter une correction ou un guide, et parfois un soulagement. Malheureusement ce dispositif est souvent utilisé de manière abusive.
Chez l'enfant par exemple, il faut savoir que 80% des anomalies bénignes se résorbent d'elles mêmes jusque l'adolescence. Et l'assistance des semelles orthopédiques peut créer des problèmes au lieu d'en résoudre. Idem chez les personnes âgées pour lesquelles les semelles sont sensées (...aberration totale..) corriger les effets d'affaissement du pied.
Les reliefs imposés au dessous du pied avec certaines semelles provoquent parfois des dégâts aussi inattendus que catastrophiques.
Enfin la pire des absurdités est de laisser partir une personne avec ses semelles orthopédiques en lui laissant le choix délibéré des chaussures. Pour en respecter l'encombrement intérieur par exemple, prendre une chaussure trop longue annulera d'emblée l'effet de la semelle au niveau de la rigidité mal placée de la cambrure. Le manque de souplesse occasionné par la présence des semelles favorisera les callosités et anticipera l'usure des chaussures.
Si une prescription orthopédique s'impose, les semelles ne peuvent se concevoir indépendamment des chaussures. Contactez un bottier orthopédiste, plus qu'un simple podologue ou pédicure.
Attention aussi aux chaussures conçues d'après un scanner 3D. La souveraineté de cet appareil intéressant mais pas nouveau (1983), est de moins en moins considérée par les orthopédistes. La numérisation se limite en effet au volume statique du pied, mais ne prend pas en considération les effets de compression, d'élasticité, d'évolution et de développement du pied au cours de la marche. Les "chaussures numériques" relèvent donc plus du slogan moderniste que d'une méthode concluante. Un vrai professionnel privilégiant l'étude visuelle et tactile du pied.
Il convient donc d'être très prudent sur tous ces points, et avant tout s'entretenir les pieds avec des exercices simples comme se lever sur la pointe et revenir sur les talons plusieurs fois chaque matin. Ne marchez jamais sans chaussures sur un sol dur, et si vous prenez des vacances en bord de mer, vous serez à l'endroit idéal pour fortifier vos pieds. Marchez pieds nus dans le sable tant que vous le pourrez ...et sans tongs...surtout !

Haut de page

Rédigé et publié en Octobre 1999 par Pierre Wostyn
Cordonnier Bottier traditionnel ( Durenque Aveyron )
Chaussures artisanales de confort.
L 'ère industrielle tend depuis plus d'un siècle à globaliser
la production des biens pour des raisons économiques.
Tout individu se voit dès lors
contraint d' épouser un " moule de standardisation ".
N ous possédons pourtant tous nos propres
caractéristiques morphologiques.
Aussi par respect du goût esthétique et au nom du bien-être
chaque individu peut prétendre à une parure mise en
harmonie avec ces particularités immuables qui font
le charme des différences entre êtres humains,
et leurs rapports d'appréciation.

La chaussure sur mesure est une chaussure de santé
Elle nous concerne tous.

RETOUR

Référencement gratuit